dimanche 29 juillet 2012

Strict, military... but not sadistic

Le mercredi 30 mai, j'avais rendez - vous avec un client pour réaliser une caricature. A 17h, devant le Pub " Au bureau ", je retrouve un certain Fabrice, Agent Pénitentiaire dans une maison d'arrêt. Très sympathique, nous nous tutoyons, nous installons à la terrasse et entrons directement dans le vif du sujet. Ayant aimé la caricature du général Sheridan ( dont il a vu l'original dans mon portfolio ), il souhaitait que je réalise le même type de travail avec lui - même. Il fallait qu'il soit représenté dans une position plutôt solennelle, avec une attitude sévère, strict, militaire... mais pas sadique.

Avant que Fabrice ( il préfère être appelé par son deuxième prénom ) ne me communique les éléments devant figurer sur la caricature, je lui ai demandé si il portait une arme à feu. La réponse était sans appel : non! J'étais abasourdi!!!!! A partir de ce moment, il a commencé à me décrire les carences en matière de sécurité pour les agents pénitentiaires. Il a de quoi se poser des questions. Pas d'arme à feu, la matraque, le bouclier ainsi les menottes dans le bureau ( ils ne peuvent les porter sur eux en permanence ), pas de chien, une formation insuffisante, une grande proportion d'agents s'imaginant devoir faire un travail social, etc... Il faut savoir que les détenus ont droit à tout, ou presque, et un seul devoir à remplir. Fabrice m'avait certifié une chose : lors de la première prise d'otages, il avait dit à ses collègues que d'autres allaient suivre. L'avenir lui avait donné raison.

Très passionné par le sujet, il en parle avec franchise, sans aucun détour. Son rêve, si je puis m'exprimer de la sorte, est de faire bouger les choses. Les Droits de l’Être Humain en prison, d'accord, mais pas au détriment des personnes chargées de la surveillance. Durant plus de deux heures, nous avons parlé de son passé d'adolescent en difficulté, son passage à l'Armée dans une unité de reconnaissance et d'autres choses. Ce fut une rencontre très intéressante. Ayant payé mon verre sans que je puisse dire quoi que ce soit, nous nous quittons en nous mettant d'accord sur ce qu'il devrait m'envoyer pour que je débute le travail.

Aujourd'hui, à 14h, je me suis rendu devant le Pub " Au bureau " pour remettre la caricature. Trois minutes plus tard, Fabrice arrive. Surpris que je l'ai contacté à plusieurs reprises pour la remise du travail, je lui ai dit que je ne devais pas traîner, vu que j'allai être indisponible durant une longue période. Ravi, il ma avoué que sa femme ne le reconnaissait pas sur la photo que j'avais pris de la caricature. C'est le problème avec les conjoint(e)s, ils/elles idéalisent trop leurs moitiés! Après une petite discussion d'une vingtaine de minutes concernant une autre caricature et un autre travail, nous nous quittons, content.

Voici les détails concernant la caricature :
  • Format : 42 x 29,7 centimètres ( A3 ).
  • Technique : encre de Chine.
  • Application : différentes plumes et le pinceau pour la visière.

Crayonné.

Travail final.
( collection Fabrice )


P.S. : Pour mes plumes, ce fut un véritable massacre. Un paquet d'entre - elles n'a pas tenu le coup. Elles ont revécues les batailles de Waterloo, Shiloh, Gettysburg, Petersburg, la Somme, du Chemin des Dames, Verdun, El Alamein, Stalingrad et Okinawa.

dimanche 22 juillet 2012

Another " Mitchell Boy " has gone

 Raoul Schreiden.
( 1923 - 2012 )

Cette photo a été prise dans le restaurant belge
" Chez Gaston ".

( collection André Bar )


Chers amis et passionnés de la R.A.F.,

C'est, décidément, une véritable hécatombe! C'est par ces mots que j'ai répondu au message envoyé, ce mercredi, par André Bar. Voici le contenu :

Bonjour Mehdi

Pour info

A+    André

Ce message était suivi de l'envoi d'origine :

From Mich Moulin :

La triste nouvelle est son dernier soupir ce dimanche 15 juillet à 14 heures peu avant ses 89 ans. Claude était près de lui.
L'incinération a eu lieu ce lundi à México. Un hommage sera rendu plus tard ce mois - ci à Rivera Alta, Ajijic, Jalisco, México avec le 904 Wing Canadien - Chapala et ses amis.

( membre/lid VTB 2000 - 2008, CV en pièce jointe/aangehecht )

Raoul Schreiden naît le 18 juillet 1923. Au mois de mai 1940, alors civil, il est blessé durant l'invasion allemande. Comme de nombreux jeunes brûlant de se battre, il quitte la Belgique occupée pour rejoindre la Grande - Bretagne ( février 1941 ). Pendant son périple à travers la France, Raoul est arrêté à Banyuls et emprisonné à Perpignan. Parvenant à s'évader, il effectue quelques travaux sur la Côte d'Azur. Comme bon nombre de candidats à l'évasion, il traverse les Pyrénées, puis l'Espagne, sans se faire arrêter. Raoul arrive au Portugal, à Lisbonne, via Bragança.

A présent, son odyssée se poursuit sur les flots. Il embarque sur le " René - Paul ", un chalutier belge, à destination de Gibraltar. Arrivé sur place, Raoul embarque à bord du " Sobiesky ". Il foule le sol britannique à Greenock, en Écosse. Son désir de se battre le pousse, comme beaucoup de jeunes hommes, à s'engager dans la Royal Air Force. Comme disait Ernest " Nenesse, Titine N°1, Loopy " Loop, ancien mitrailleur sur B - 25 Mitchell au 98 Squadron ( 1925 - 2011 ) :
  • " Quand on a 18 - 20 ans, on veut aller à l'aviation. "
Avant toute chose, il doit signer un engagement au sein des Forces belges en Grande - Bretagne. Sans cela, il ne peut entrer directement dans la R.A.F. Après avoir reçu une instruction militaire, en " Kaki ", il passe au dépôt de l'Aéronautique Militaire belge.

Aircraftman Raoul Schreiden,
élève - pilote au sein de la R.A.F.
( collection André Bar )

Engagé dans la R.A.F., Raoul débute sa formation de pilote à l'E.F.T.S. ( Elementary Flying Training School ) de Scarborough. Comme de très nombreux futurs navigants, il part pour le Canada, à bord du " Queen Elizabeth ", afin de poursuivre l'entraînement. Voici son parcours au Canada :

 Élèves - pilotes belges à Moose Jaw.

De gauche à droite :

Wathieu, Pax, V. Pacco, Boels, Doncq, Schreiden, Béduwé et Gigot.

( collection André Bar )
  • E.F.TS. de De Winton, près de Calgary.
  • S.F.T.S. ( Service Flying Training School ) sur Airspeed AS.10 Oxford à Moose Jaw.
  • Reçoit son brevet de pilote et sa nomination au grade de Pilot Officer ( sous - lieutenant ), le 13 août 1943.
Au mois de septembre 1943, après son retour du Canada, il continue son entraînement avec des élèves - navigateurs et élèves - opérateurs radio sur Airspeed AS.10 Oxford, à South Cerney ( Gloucestershire ). Deux mois plus tard, il est transféré dans une O.T.U. ( Operational Training Unit ). Là, Raoul va se familiariser avec sa future monture : le bombardier moyen North American B - 25 Mitchell. Le temps de l'entraînement est terminé. Maintenant, place à l'action... et à la guerre.

Raoul Schreiden est affecté, au mois de janvier 1943, au 320 " Dutch " Squadron, une escadrille composée majoritairement de Hollandais.

Profil d'un bombardier North American B - 25 Mitchell
du 320 " Dutch " Squadron.
( collection André Bar )

Équipages hollandais du 320 " Dutch " Squadron en 1944.

Les autres membres de son équipage sont :
  • Bouman ( Air Gunner, Canado - Hollandais ).
  • Jean de Gobert ( Navigator, Belge ).
  • Jean - Pierre Vermeiren ( Air Gunner, Belge ).
Par la suite, Bouman sera remplacé par un autre Belge, Charles " Charlie " Lawarrée.

Équipage Raoul Schreiden.

De gauche à droite :

Sergeant Charles " Charlie " Lawarrée, Flying Officer Raoul Schreiden,
Pilot Officer Jean de Gobert et Flight Sergeant Jean - Pierre Vermeiren.

( collection André Bar )

Les premières missions de bombardement sont menées sur les côtes françaises, au départ de l'aérodrome de Dunsfold ( comté du Surrey ).

Flying Officer Raoul Schreiden assis 
dans le poste de pilotage de son B - 25.
( collection André Bar )

Le 6 juin 1944, il participe au débarquement en Normandie. Ensuite, Raoul et son équipage participe activement aux campagnes de France et de Belgique. Après trois ans d'absence, il retrouve le sol belge lorsque le 320 " Dutch " Squadron est transféré à B58 Melsbroek ( actuelle province du Brabant flamand ), le 18 octobre 1944.

Membres du 320 " Dutch " Squadron à Zaventem, en 1944.

Jean - Pierre Vermeiren, Jean de Gobert et Charles " Charlie " Lawarrée
sont, de gauche à droite, en deuxième, cinquième et sixième positions.

( collection André Bar )

S'ensuivent les campagnes des Pays - Bas et d'Allemagne, où d'ailleurs, l'escadrille est transféré peu avant la cessation des hostilités ( B110 Achmer, près d'Osnabrück ), le 30 avril 1945.

Les opérations étant terminées, Raoul est transféré au Transport Command pour suivre l'écolage sur des bimoteurs civils ( ou plutôt, non - armés ). Ensuite, il est affecté au 525 Squadron à Membury.

Comme de nombreux anciens navigants belges de la R.A.F., Raoul Schreiden entre à la Sabena, le 6 mai 1946. Sa carrière de pilote civil débute sur Douglas DC - 3 et se termine, en 1982, sur Boeing 747.


P.S. : Merci à André Bar pour m'avoir transmis l'information et le document PDF.

mardi 10 juillet 2012

He was a Navigator in the R.A.F.

 Hendrik Armand Verbruggen, après la guerre,
au sein de la Force Aérienne belge.
( collection André Bar )


Chers amis et passionnés de la R.A.F.,

Ce vendredi 6 juillet, je reçois un message collectif d'André Bar annonçant un décès. " Aïe " me suis - je dis. En l'ouvrant, voici ce que je découvre :

Bonjour.
Pour info!!!


Je viens d'avoir l'annonce du décès de VERBRUGGEN Hendrik, ancien navigateur dans la R.A.F.


Bien à vous,     Dédé.

Personnellement, je n'avais jamais entendu parler de lui. Même André n'avait que quelques photos, sans aucun renseignement. Dernièrement, il a obtenu les archives de Josette Demey - Bens, ancienne W.A.A.F. durant la Seconde Guerre mondiale. Voici les documents concernant Hendrik Verbruggen :

Document manuscrit, en français.
( archives Josette Demey - Bens )

 Documents typographiés, ...

... en néerlandais.
( archives Josette Demey - Bens )


 P.S. : Merci à André Bar pour m'avoir fait parvenir l'information et les documents.